Les rêves d’insectes sont assez fréquents et laissent facilement une impression désagréable.

Artémidore en parle à trois reprises dans son livre distinguant naturellement suivant les espèces et, à son habitude, suivant l’état du rêveur. Les abeilles sont bonnes pour les cultivateurs et apiculteurs, mauvaises pour les

autres. Les guêpes sont toutes mauvaises. Les sauterelles ou criquets plutôt catastrophiques. Les scarabées, hannetons, lampyres sont mauvais sauf pour ceux exerçant des métiers salissants. Les fourmis ailées sont signe de mort ou au moins de danger, les autres sont bonnes surtout pour les cultivateurs, mais les voir se promener sur son corps est signe de mort. Avoir quelques poux et les tuer est bon; en être recouvert est Mauvais. Les punaises sont signe de désagrément; les moustiques représentent des hommes méchants. Mais les cigales (que tous

les Grecs adoraient) signifient des musiciens; cependant en cas de maladie, elles annoncent la mort.

Bien sûr, il n’y a rien à garder de ces interprétations folkloriques. Ce sont les associations qui permettront de savoir ce que représentent les insectes en rêve. Freud cite le joli rêve d’une fillette qui voyait tous ses frères, soeurs et cousins en papillons qui s’envolaient, ainsi en était-elle débarrassée. Dans un autre rêve d’une femme d’un certain âge, deux hannetons, un qui s’envole et l’autre qu’elle écrase involontairement, signifiaient – mais par quels détours! – qu’elle était tourmentée par sa sexualité et aurait souhaité un mari plus viril.

La signification du rêve sera donnée uniquement par les associations. Ce qui n’empêche pas que chaque insecte puisse avoir sa symbolique propre.